Je sais ce que j’ai à faire

Un jour, Nasreddin Hodja  égara sa besace dans un village où il était l’hôte des habitants. Il commença à crier à tue-tête.

— Si vous ne me la retrouvez pas tout de suite, je sais ce que j’ai à faire !

Ils cherchèrent avec le plus grand soin. Finalement, on retrouva la besace. Alors que le Hodja allait quitter le village, un de ceux venus le saluer lui demanda, intrigué :

— Si par malheur la besace n’avait pas été retrouvée, qu’aurais-tu fait ?

— Ce que j’aurais fait ? J’ai chez moi un vieux tapis. Je l’aurais découpé pour en faire une nouvelle besace.

Publié dans : Non classé |le 30 octobre, 2014 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Likemybullshit |
Carnet de lecture de 3e |
Leblogdunefolle2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Seulement mes mots
| PoétiquementVôtre
| Filskermeur