Si je n’avais pas rencontré un ami

Un jour Nasreddin Hodja  cueillit des coings dans son verger et les mit dans son panier pour les offrir à Tamerlan. En cours de route, il rencontra un ami qui lui demanda où il portait ses coings.

— C’est pour Tamerlan., lui répondit-il.

L’ami le lui déconseilla en précisant que Tamerlan n’aimait pas les coings. Nasreddin écouta le conseil.

Il se rendit au marché, acheta de belles figues et les offrit à Tamerlan. Celui-ci prit une figue et la mangea, puis il en prit une seconde et l’écrasa sur la face d’Hodja. Et ainsi fit-il avec les autres figues : une dans la bouche et la suivante sur la face de Nasreddin. Après chaque figue écrasée sur sa figure, le Hodja ouvrait les mains vers le ciel en disant :

— Majesté, comment ne pas remercier Allah qui m’a fait rencontré un ami ! Si je ne l’avais pas écouté et avais porté les coings à votre Majesté, dans quel état serait ma figure, à présent ?

 

Publié dans : Non classé |le 30 octobre, 2014 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Likemybullshit |
Carnet de lecture de 3e |
Leblogdunefolle2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Seulement mes mots
| PoétiquementVôtre
| Filskermeur