Peut-être te prendra-t-il à ma place ?

Nasreddin Hodja, gravement malade, était couché. Tous pensaient qu’il n’y avait plus d’espoir. A son chevet sa femme pleurait.

Hodja s’adressa à elle :

— Femme, pourquoi pleurer ? Va te laver la figure, mets tes plus beaux vêtements, fais-toi belle et revient à côté de moi.

— Mais, Hodja, comment puis-je me faire belle alors que tu meurs ?

— Je veux que tu fasses ce que je t’ai demandé, dit-il, parce que quand l’ange de la mort arrivera, il te prendra peut-être à ma place.

 

Publié dans : Non classé |le 31 octobre, 2014 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Likemybullshit |
Carnet de lecture de 3e |
Leblogdunefolle2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Seulement mes mots
| PoétiquementVôtre
| Filskermeur