La dette d’un rêve

Nasreddin Hodja était devenu Kali. Un homme qui en tirait un autre se présenta devant lui :

— Je viens me plaindre de cet homme. J’ai rêvé lui avoir donner de l’argent et à présent que je lui demande de lui rembourser, il ne veut pas.

— Combien lui avais-tu donné ?

— Dix pièces d’argent.

Nasreddin, se tournant vers l’accusé :

— Donne-moi tout de suite cet argent.

L’homme protesta mais devant la fermeté du Kadi, il finit par sortir les pièces et les lui donna.

Alors Nasreddin se fit apporter un miroir et dit :

— Vois-tu les dix pièces dans le miroir ? Prends-les de ce miroir et donne-les à celui qui t’accuse. Voilà comment se paie la dette d’un rêve.

Publié dans : Non classé |le 11 novembre, 2014 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Likemybullshit |
Carnet de lecture de 3e |
Leblogdunefolle2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Seulement mes mots
| PoétiquementVôtre
| Filskermeur