La mort de l’âne

Nasreddin Hodja perdit sa femme.

Il était désespéré et pleurait sans cesse. Ses amis le consolèrent ainsi :

— Ne te laisse pas aller, c’est le destin. Nous te trouverons une autre femme ; peut-être mieux que la précédente.

Et Nasreddin finit par surmonter son chagrin.

A quel temps de là, son âne mourut. Cette fois il pleura tant et plus qu’il fut impossible de le consoler.

Un de ses amis lui dit alors :

— Sais-tu que tu es étrange ? Ta femme meurt, tu pleures, c’est naturel, mais ton chagrin passe. Par contre, rien ne peut te consoler de la mort de ton âne !

Nasreddin expliqua :

— A la mort de ma femme, vous m’avez dit : « Nous t’en trouverons une autre encore mieux. »  A la mort de mon âne, personne n’est venu me dire « Nous le remplacerons par un autre. »

 

Publié dans : Non classé |le 13 novembre, 2014 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Likemybullshit |
Carnet de lecture de 3e |
Leblogdunefolle2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Seulement mes mots
| PoétiquementVôtre
| Filskermeur