Le pourboire au bain turc

Nasreddin Hodja se rendait au bain. Il y avait beaucoup de monde, les serviteurs tardaient à s’occuper de lui. Finalement, ils lui donnèrent une serviette usagée, un ridicule bout de savon et le laissèrent seul. Il n’eut même pas droit à une friction. A la sortie, d’un geste de grand seigneur, il donna une pièce d’or à chaque serviteur.

Un peu plus tard, il retourna dans le même établissement. Il y fut accueilli le mieux du monde. Il eut droit aux plus belles serviettes, au savon parfumé, on l’installa dans la pièce la plus agréable, on le massa, etc.

Alors qu’il se dirigeait vers la sortie, les serviteurs, espérant un pourboire plus important que la fois précédente, s’alignèrent et se prosternèrent jusqu’à terre. Devant leur étonnement, il précisa :

— Ce pourboire, c’est pour la fois passée. Les pièces d’or c’était pour aujourd’hui.

 

Publié dans : Non classé |le 16 novembre, 2014 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Likemybullshit |
Carnet de lecture de 3e |
Leblogdunefolle2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Seulement mes mots
| PoétiquementVôtre
| Filskermeur