Le paysan idiot

Nasreddin Hodja avait pour mission d’apporter dix oies à une personne du village voisin et de lui remettre, en mains propre, la lettre d’accompagnement.

Avant de partir, il dit à sa femme :

— Prends une de ces oies et cuisine-la pour le repas.

Arrivé au village, il donna la lettre et les oies que le destinataire se mit à compter.

— Il n’y en a que neuf, tu devais m’en remettre dix.

Mais Nasreddin soutenait qu’il y en avait bien dix.

Agacé, l’homme dit :

— Je vais appeler dix hommes et donner une oie à chacun. Ainsi nous saurons s’il y en a neuf ou dix.

La distribution terminée, un paysan n’avait évidemment pas d’oie.

— Tu as constaté, Hodja. Il y en a neuf.

— Mais pas du tout, renchérit Nasreddin. J’ai seulement constaté que cet idiot de dixième paysan n’a pas été capable de prendre son oie et l’a laissée échapper.

 

Publié dans : Non classé |le 26 novembre, 2014 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Likemybullshit |
Carnet de lecture de 3e |
Leblogdunefolle2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Seulement mes mots
| PoétiquementVôtre
| Filskermeur