Le songe

Une nuit Nasreddin Hodja se réveilla et appela brusquement sa femme :

— Femme, apporte-moi vite le reste du helva que tu as fait hier soir.

De mauvaise grâce, elle obéit. Quand il eut terminé le gâteau, elle lui dit :

— Ce n’était pas la peine de te réveiller pour le manger, tu l’aurais eu demain matin.

Et lui :

— Mieux vaut un œuf aujourd’hui qu’une poule demain. On ne sait jamais, le gâteau aurait pu disparaître dans la nuit. Il est mieux dans mon estomac.

 

Publié dans : Non classé |le 26 novembre, 2014 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Likemybullshit |
Carnet de lecture de 3e |
Leblogdunefolle2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Seulement mes mots
| PoétiquementVôtre
| Filskermeur