Chez le coiffeur

Nasreddin Hodja était chez le coiffeur. Après l’avoir bien savonné, celui-ci le rasa avec un rasoir mal affûté.

Chaque coup de lame correspondait à une coupure. Sur chaque coupure le coiffeur mettait du coton pour arrêter le sang. La moitié du visage (si l’on pouvait encore l’appeler ainsi) de Nasreddin ressemblait à un champ de coton. Le coiffeur s’apprêtait à attaquer l’autre côté, quand le client le stoppa, se leva et sur le seuil de la porte lui dit :

— Si le coton pousse d’un côté, je vais semer l’orge et l’avoine ailleurs.

Puis il s’en alla.

Publié dans : Non classé |le 2 décembre, 2014 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Likemybullshit |
Carnet de lecture de 3e |
Leblogdunefolle2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Seulement mes mots
| PoétiquementVôtre
| Filskermeur