Continue, mon ami.

Nasreddin Hodja était dans un cimetière, quand il aperçut un chien qui faisait ses besoins. Il prit un bâton et essaya de frapper l’animal. Mais celui-ci commença à grogner et s’apprêtait à le mordre. Se voyant mal parti, Nasreddin lui jeta le bâton et faisant une révérence, dit :

— Continue, mon ami, continue.

Publié dans : Non classé |le 6 décembre, 2014 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Likemybullshit |
Carnet de lecture de 3e |
Leblogdunefolle2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Seulement mes mots
| PoétiquementVôtre
| Filskermeur