A n’importe qui sauf à moi

Selon l’usage à l’époque, les mariages se célébraient sans que les futurs époux se connaissent. C’est ainsi que Nasreddin Hodja se retrouva marié à une femme qui lui apparut, le soir des noces, beaucoup plus laide que prévu.

Un jour, pour le rendre jaloux, elle lui demanda :

— A quel homme me permets-tu de montrer mon visage ?

Et lui :

— Montre-le à n’importe qui sauf à moi.

Publié dans : Non classé |le 7 décembre, 2014 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Likemybullshit |
Carnet de lecture de 3e |
Leblogdunefolle2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Seulement mes mots
| PoétiquementVôtre
| Filskermeur