A l’envers sur son âne

Nasreddin Hodja avait enfourché son âne à l’envers. Les fidèles qui le suivaient lui en demandèrent la raison.

— Je ne pouvais faire autrement. Si je monte normalement, je vous tourne le dos, et cela ne se fait pas. Si vous marchez devant moi, c’est vous qui me tournez le dos, et c’est incorrect. C’est pourquoi j’ai choisi de me tenir ainsi : je suis toujours devant, mais sans vous tourner le dos.

Publié dans : Non classé |le 13 décembre, 2014 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Likemybullshit |
Carnet de lecture de 3e |
Leblogdunefolle2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Seulement mes mots
| PoétiquementVôtre
| Filskermeur