Quand il était vivant

Un homme, avec qui Nasreddin Hodja avait eu un différent, venait de mourir. Au cours de la cérémonie funèbre, l’imam, selon l’usage, demanda aux fidèles s’ils connaissaient le défunt.

Connaissant les liens d’amitié qui liaient autrefois le mort et Hodja, l’imam s’adressa donc à lui.

Hodja, qui en voulait terriblement à cet homme, mais ne désirait pas parler en la circonstance, répondit :

— Ne me demandez rien, je ne parle pas derrière le dos des morts.

 

Publié dans : Non classé |le 18 décembre, 2014 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Likemybullshit |
Carnet de lecture de 3e |
Leblogdunefolle2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Seulement mes mots
| PoétiquementVôtre
| Filskermeur