Cours vite au lac

Nasreddin Hodja avait ramassé un peu de bois et l’avais chargé sur son âne. Arrivé chez lui, il se dit :

— Et si j’allumais le bois pour voir s’il est bon ?

Aussitôt dit, aussitôt fait, il mit le feu au bois qui était encore sur l’âne. Le feu prit immédiatement. L’âne effrayé par les flammes qui commençaient à lui cuire le dos, se mit à courir.

Alors Nasreddin lui cria :

— Si tu es intelligent, cours vite au lac !

Publié dans : Non classé |le 11 janvier, 2015 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Likemybullshit |
Carnet de lecture de 3e |
Leblogdunefolle2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Seulement mes mots
| PoétiquementVôtre
| Filskermeur