Les prières de sa mère

Alors qu’il était jeune, la mère de Nasreddin Hodja  l’avait placé comme apprenti chez un tailleur. Pendant deux ans elle lui envoya la somme nécessaire à son entretien. Puis elle alla le voir et lui demanda :

— Parle-moi un peu de ton métier.

— Et bien, maman, grâce à tes prières, j’ai appris la moitié du métier. A présent, j’arrive à découdre ce qui est déjà cousu.

Devant l’étonnement de sa mère, il ajouta :

— Continue à prier et j’apprendrai aussi à coudre.

Publié dans : Non classé |le 11 janvier, 2015 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Likemybullshit |
Carnet de lecture de 3e |
Leblogdunefolle2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Seulement mes mots
| PoétiquementVôtre
| Filskermeur