Toute une histoire pour cinq pièces.

Nasreddin Hodja rencontra un commerçant à qui il devait de l’argent.

— Hodja, n’as-tu pas honte ? Pourquoi ne me paies-tu pas ?

— Combien te dois-je ?

— Cinquante cinq pièces d’argent.

— Et si je t’en donne vingt-cinq demain ?

— Bien.

— Et si je t’en donne encore vingt-cinq après demain, combien t’en dois-je encore ?

— Cinq pièces.

— Et tu fais toute une histoire pour cinq pièces ! Comme tu es mesquin !

Publié dans : Non classé |le 3 mai, 2015 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Likemybullshit |
Carnet de lecture de 3e |
Leblogdunefolle2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Seulement mes mots
| PoétiquementVôtre
| Filskermeur