La mort solitaire

Nasreddin Hodja se promène sur la route. Effrayé par un bruit, il se jette dans le fossé.
« Je suis mort de peur », pense-t-il au bout d’un moment.
Le froid, la faim commencent à le tenailler. Il rentre chez lui, annonce à sa femme la triste nouvelle et retourne dans son fossé.
Secouée de sanglots, l’épouse du Mulla va chercher du réconfort chez les voisins :
— Mon mari est mort ! Il gît dans un fossé…
— Comment le sais-tu ?
— Personne n’a découvert son corps, alors, le pauvre, il a dû venir me le dire lui-même.

Publié dans : Non classé |le 29 mai, 2015 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Likemybullshit |
Carnet de lecture de 3e |
Leblogdunefolle2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Seulement mes mots
| PoétiquementVôtre
| Filskermeur