L’omelette

Nasreddin Hodja du temps qu’il était aubergiste à la campagne, voit arriver un jour une troupe brillante de chasseurs à cheval. C’est un grand seigneur et sa suite.

— Holà, aubergiste, une collation ! Nous avons l’estomac vide.

Nasreddin leur prépare une omelette qu’ils mangent avec appétit.

— Combien te dois-je ? demande le seigneur au moment de repartir.

— Trente dinars, Excellence.

— Par Allah ! Trente dinars pour une omelette ! Les œufs sont donc bien rares par ici.

— Non, Excellence, ce ne sont pas les œufs qui sont rares par ici, ce sont les gens riches.

Publié dans : Non classé |le 16 juin, 2015 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Likemybullshit |
Carnet de lecture de 3e |
Leblogdunefolle2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Seulement mes mots
| PoétiquementVôtre
| Filskermeur