Nasreddin et le savant

            Nasreddin Hodja avait un bac qu’il utilisait pour faire traverser la rivière aux gens. Un jour son passager était un savant décidé à tester le savoir de Nasreddin et à lui donner une leçon.

— Dites-moi, Nasreddin, comment orthographiez-vous le mot « magnificence » ?

— Je ne sais pas, dit Nasreddin en continuant de ramer.

— Combien font deux tiers de neuf ?

— Aucune idée.

— Comment calcule t-on la surface d’un triangle ?

— Pas la moindre idée.

— Vous n’avez donc pas appris tout cela à l’école ?

— Non !

— Dans ce cas, la moitié de votre vie est perdue.

            À ce moment même, une terrible tempête est survenue et la barque a commencé à couler. Les deux hommes se retrouvèrent à l’eau, assez loin l’un de l’autre.

— Dites-moi, Monsieur le savant, dit Nasreddin. Avez-vous appris à nager ?

— Non, jamais ! Dit le savant qui se débattait pour ne pas se noyer.

— Dans ce cas, lui cria Nasreddin, ce n’est pas la moitié, mais c’est votre vie entière qui est perdue.

Publié dans : Non classé |le 16 juin, 2015 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Likemybullshit |
Carnet de lecture de 3e |
Leblogdunefolle2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Seulement mes mots
| PoétiquementVôtre
| Filskermeur