La grasse matinée

Nasreddin Hodja et sa femme paressaient au lit et aucun d’eux n’avait envie de se lever.

— Kalima, dit Nasreddin, va voir dehors s’il pleut encore.

— Non, le temps est sec, sinon tu entendrais le bruit de la pluie sur le toit.

— Alors, lève-toi pour mettre une bûche dans le feu.

— Tu ne vois pas d’ici qu’il reste encore des braises dans la cheminée ?

— Je vois que tu n’as aucune envie de te lever. Puisque tu as réussi à faire deux tâches sans sortir du lit, dis-moi comment tu comptes t’acquitter de la troisième ?

— Laquelle ? interrogea Kalima

— Traire la chèvre qui se trouve dans la cabane, au bout du jardin.

Publié dans : Non classé |le 19 juin, 2015 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Likemybullshit |
Carnet de lecture de 3e |
Leblogdunefolle2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Seulement mes mots
| PoétiquementVôtre
| Filskermeur