Les jambes sciées

            La femme de Nasreddin Hodja n’était facile à vivre. Elle le harcelait
constamment et Nasreddin en avait plus qu’assez. Durant un de ses sermons, il
parla des épouses acariâtres et il put vider son cœur à souhait. Quand il eut
fini, il se sentit mieux et demanda aux hommes de l’assistance qui avaient des
femmes acrimonieuses de se lever. Tous se levèrent, ce dont il fut surpris. Un
de ses amis lui dit :

— Hodja, tu es le seul à ne pas te lever ! Tu dois donc être très heureux avec
ta femme !

— Oh non ! répondit Nasreddin. J’allais me lever avant quiconque quand j’en ai
été empêché. J’ai été tellement déconcerté par le nombre de personnes
concernées que mes jambes se sont mises à trembler, à tel point que je ne
pouvais même plus bouger.

Publié dans : Non classé |le 19 juin, 2015 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Likemybullshit |
Carnet de lecture de 3e |
Leblogdunefolle2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Seulement mes mots
| PoétiquementVôtre
| Filskermeur