Avare ou généreux

Une riche personnalité du village donnait un grand banquet et Nasreddin Hodja n’y avait pas été invité. Il se présenta néanmoins au dîner, alla trouver l’hôte et lui dit :

— Je suis juste venu te dire que certains, au village, racontent qu’il n’y a pas plus avare que toi.

— Moi avare ! Si je l’étais, est-ce que je donnerais ce banquet ?

— Me voilà rassuré, dit Nasreddin, les gens qui parlent ainsi ne sont que des mauvaises langues, jaloux de ta prospérité. Quant à moi, je n’ai jamais douté de ta générosité.

Et il alla tranquillement s’asseoir à une des tables.

Publié dans : Non classé |le 3 août, 2015 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Likemybullshit |
Carnet de lecture de 3e |
Leblogdunefolle2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Seulement mes mots
| PoétiquementVôtre
| Filskermeur