Nasreddin Hodja commerçant ambulant

Nasreddin Hodja fit l’acquisition d’un étal de marchand ambulant et se mit à parcourir les rues du village, en criant :

— Qui veut mes belles tomates rouges ! Qui veut mes belles salades ! Qui veut mon persil frais !

Le premier client qui se présente découvre que, dans le panier de Nasreddin, il n’y avait aucun légume mais de la viande de chèvre, uniquement de la viande.

— Que se passe t-il, Nasreddin Hodja? Tu ne vendras rien si tu ne dis pas réellement ce que tu vends.

— Je sais ! Je sais ! Rétorqua Nasreddin. Mais si je crie « qui veut ma belle viande de chèvre », j’aurai tous les chats et tous les chiens errants du village à mes trousses.

Publié dans : Non classé |le 6 août, 2015 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Likemybullshit |
Carnet de lecture de 3e |
Leblogdunefolle2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Seulement mes mots
| PoétiquementVôtre
| Filskermeur