Nasreddin Hodja et le chinois

Nasreddin Hodja prétend qu’il a fait jadis un voyage en Chine et que, là-bas, il a appris le chinois. Quelqu’un, qui doit s’y rendre prochainement pour affaires, lui demanda de lui enseigner quelques mots courants.

— Par exemple, dit-il, comment dit-on “éléphant” ?

— Pourquoi choisir un mot qui ne te servira à rien ? Ils n’ont pas d’éléphants.

— Alors, comment dire “moustique” ?

— Eléphant, moustique, tu as le sens de la démesure ! L’animal que tu choisis est soit trop grand, soit trop petit. Là-bas, on n’aime pas beaucoup les gens qui n’ont pas le sens de la mesure. Tu ne pourrais pas choisir un animal de taille raisonnable ?

— Alors, si je veux acheter un veau, comment dire ?

— Quand j’ai quitté la Chine, les veaux venaient juste de naître. Ils n’ont pas eu le temps de leur donner un nom.

Publié dans : Non classé |le 6 août, 2015 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Likemybullshit |
Carnet de lecture de 3e |
Leblogdunefolle2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Seulement mes mots
| PoétiquementVôtre
| Filskermeur