Un âne exceptionnel

— Je  dis non et non ! Je ne garderai pas cet âne un jour de plus !

Nasreddin Hodja lança un regard furieux au petit âne gris qui battait l’air patiemment avec sa queue pour éloigner les myriades de mouches qui l’assaillaient, attendant que Nasreddin lui mette sur le dos la vieille carpette qui servait de selle.

— Qui te dit qu’un nouvel âne ne sera pas aussi, sinon plus têtu que celui-ci, suggéra Kalima.

— Ce malheureux âne est plus que têtu ! fulmina Nasreddin. Il mange comme un éléphant, mais devient chaque jour plus maigre. Il est lent comme une tortue, paresseux comme une couleuvre, vicieux comme un renard, stupide comme un poisson et têtu comme un âne !

Kalima tapota le petit âne qui frotta alors affectueusement sa tête contre sa manche. Kalima n’a rien dit. Elle s’était suffisamment disputée avec son mari pour deviner quelles seraient ses réactions.

— Dis adieu à cette créature ! dit Nasreddin, en enfourchant le petit animal et lui demandant, selon la manière habituelle de conduire les ânes (un “rghr-r-r-r” guttural), d’avancer. Ce qu’il ne fit pas.

— Un autre âne aurait déjà avancé à cet ordre. Tu verras quel excellent âne je ramènerai du marché. Je peux vendre cet âne misérable suffisamment cher pour en acheter un autre meilleur et il me restera une pièce d’or pour te permettre de confectionner une nouvelle robe.

– Ughr-r-r-r, gronda t-il de nouveau.

Le petit animal agita ses longues oreilles, à contrecœur, et s’en alla. Jubilant à l’évocation de l’importante affaire qu’il allait réaliser au marché, Nasreddin tapota le cou de son âne et se dirigea vers la place du marché.

— Voici un âne dont son propriétaire sera fier, dit Nasreddin en remettant l’âne au commissaire-priseur.

— Un tel âne devrait rapporter un bon prix, dit le commissaire-priseur.

Il poussa l’âne, pinça ses pattes et regarda ses dents. Comme Nasreddin, il vanta bien fort ses mérites. Le commissaire-priseur a aligné les animaux l’un après l’autre pour la vente. Aucune offre n’a été faite pour l’âne de Nasreddin. Ce dernier n’avait d’yeux que pour un âne qu’il voyait plus grand, plus soyeux et plus dodu que les autres. Sûrement c’était l’âne qu’il lui fallait. Finalement, tous les ânes ont été vendus, sauf deux – celui que Nasreddin avait apporté et celui qu’il avait décidé d’emporter.

Il fut soulagé de voir que le commissaire-priseur amenait d’abord son vieil âne. Il avait besoin d’avoir l’argent de sa vente avant de faire une offre pour l’âne sur lequel il avait jeté son dévolu.

— Voici un âne qui vaut la peine d’être acheté ! dit le commissaire-priseur, en se frottant les mains. J’ai souvent observé cet âne et j’ai regretté qu’il n’ait pas été mien. Voyez cette lueur dans ses yeux ! C’est un âne qui vous obéira avant que vous ne lui en ayez donné l’ordre. Regardez ces muscles! Et ces pieds graciles! Je parie que cet âne est plus rapide que n’importe quel âne d’Aksehir !

Nasreddin Hodja regarda les pattes de son âne. Il n’avait jamais remarqué qu’elles fussent graciles ni combien son poil était si soyeux.

— Combien offrez-vous pour le plus beau, le plus fort, le plus sage, le plus travailleur, le plus obéissant des ânes de tout Aksehir ?

— Trente livres, offrit un villageois.

Nasreddin le regarda fixement.

— Trente livres pour l’âne le plus meilleur d’Aksehir ! Cinquante, surenchérit Nasreddin.

— Soixante livres, proposa un autre villageois

— soixante-dix ! Quatre-vingt ! Quatre-vingt dix !

Le prix est monté, jusqu’à ce qu’un villageois offre deux cents livres.

— Deux cent dix, proposa un autre.

— Deux cent vingt, cria Nasreddin.

Aucune autre offre n’ayant été faite, le commissaire-priseur remit la bride à Nasreddin, qui paya ainsi cash son propre âne.

— Ughr-r-r-r, ordonna t-il à l’âne qui s’est mis à trotter vers la maison. Comme Kalima sera fière de cette acquisition !

A mi-chemin de la maison, il commença à se demander pourquoi sa bourse était vide. Il avait projeté, en bon négociateur, de ramener à la maison un âne et plus d’argent qu’il n’avait emporté. C’était embarrassant. Peut-être Kalima pourra t-elle le lui expliquer ?

Publié dans : Non classé |le 17 août, 2015 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Likemybullshit |
Carnet de lecture de 3e |
Leblogdunefolle2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Seulement mes mots
| PoétiquementVôtre
| Filskermeur